ROUGE ZACHARIE : Quelques extraits...

Publié le par Henri William

Dédicace Salon de Poitiers
Dédicace Salon de Poitiers

...

« - Si vous avez peur des chagrins d’amour… »
Sous la voûte étoilée, quelquefois un train de nuages masquait l’orbe lunaire, il filait précipitamment, Louis Jo interprétait leurs formes en les transposant en continents, en pays. Du fond de sa tranchée par cette nuit de mai, il accrocha le fil de sa pensée aux wagons nuageux avec pour fond musical la stridulation des rares grillons. Les obus, dans l’immédiat, cédaient le pas à la ressouvenance. Un quatrain d’Omar Khayyam lui revint :
« Cette voûte, sous laquelle nous vivons stupéfaits,
Est, pour ainsi dire, la lanterne magique de Dieu :
Avec le soleil pour lampe et le monde comme vaste écran,
Pour d’innombrables silhouettes ressassant un mensonge. »

......

Un soir, dans un endroit que seuls les amoureux trouvent, ils se font face, les risques encourus sont énormes, cependant la passion annihile toute notion de dangers, ils s’enlacent. Dans son regard aux braises ardentes, se tord la flamme irradiante de l’envie dilatant son iris incandescent, ses cheveux au parfum d’henné flottent aux rythmes des spasmes, des soubresauts, leurs corps en osmose lévitent dans une atmosphère éthérée…
Un léger bruit le fait tressauter, Ahmed l’observe, les exhalaisons de la terre de la tranchée chassent les effluves du désert ;
- La passion, flamme silencieuse, brûle, consume l’âme et le coeur, la passion, maîtresse possessive, t’étreint de ses fils de soie avec lesquels elle t’enserre jusqu’à la fin, lui dit Ahmed.
Louis Jo, lève les yeux, dans quelques instants la boucherie reprendra. Il serre dans sa main le bijou tombé des cheveux d’Azel lors des ébats, qu’il a conservé, précautionneusement il le place à l’intérieur de sa poche gauche, tout contre son coeur.
Il veille à le maintenir toujours contre lui. Lorsqu’il a voulu le replacer dans la chevelure d’Azel, vivement de ses deux mains elle le maintenait au creux de la sienne afin qu’il le conserve. Maintenant il mesurait pleinement la valeur des deux dons d’Azel.
Les humbles possèdent la grandeur d’âme nécessaire au sacrifice de la richesse.
Il clame un poème lui venant en mémoire :
« Tandis que l’Aube, héraut du jour chevauchant tout le ciel,
Offre au monde endormi un toast « Au Vin »
Le soleil répand l’or matinal sur les toits de la ville,
Royal Hôte du jour remplissant sa cruche. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article